Mes trois bundles sont restés sagement dans leur sachet plastique au réfrigérateur, histoire de ne pas sécher. On aurait aussi pu les laisser dans leur bain de cuisson mais cinq jours à attendre près des faitouts m'a paru un peu long...... Et puis Virginie avait aussi besoin de fermer son atelier, l' Île aux Moutons, pour prendre un week end de repos.... Et puis chez Patchacha, il y avait du monde à l'attendre : pattes de velours, frimousse orange, minou minette...

_copie-0_DSCN8911

_copie-0_DSCN8912

_copie-0_DSCN8913

_copie-0_DSCN8914Alors, quid des empreintes ? Voilà ....

_copie-0_DSCN8915

_copie-0_DSCN8916

_copie-0_DSCN8917

_copie-0_DSCN8918Les batons sur lesquels nous avons enroulé nos tissus chargés de feuilles étaient des tronçons de branche de cerisier. Ils ont contribué à leur manière en offrant des taches joliment réparties. C'est l'écorce qui a travaillé....

_copie-0_DSCN8919

_copie-0_DSCN8920

_copie-0_DSCN8921

_copie-0_DSCN8922

_copie-0_DSCN8923

_copie-0_DSCN8924

_copie-0_DSCN8925

_copie-0_DSCN8926

_copie-0_DSCN8927

_copie-0_DSCN8928

_copie-0_DSCN8929

_copie-0_DSCN8930

_copie-0_DSCN8931

_copie-0_DSCN8932

_copie-0_DSCN8933

_copie-0_DSCN8934Pour une fois, j'aurais aimé qu'il pleuve pour un rinçage sur fil de mes tissus. Ils auraient perdu les faux-plis que leur a donnés le rinçage à la main car même sans essorer, le simple fait de presser entre les mains suffit à mettre des plis difficiles à ôter, même au fer à repasser. Sauf quand une bonne averse de pluie tombe sur les tissus qui, alors, se redressent....