lundi 24 décembre 2012

Chemises d'autrefois

Une de mes amies vient de m'envoyer quelques petites chemises. Je leur ai ajouté celles que j'avais déjà mises de côté et me voilà à la tête d'une quasi collection, même si le but visé n'est pas d'engranger mais d'avoir le souvenir ....

DSC00550 (Copier)

Quelques enfile-aiguilles iront gonfler ma collection. Je crois que j'ai déjà ce modèle ; à vérifier..

DSC00551 (Copier)

DSC00554 (Copier)

Et une mantille qui fera un tour de cou de dentelle noire.

Mes photos ne sont pas de bonne qualité mais voyez plutôt.... Un soir, à près de 18 heures, voilà que la lumière baisse bizarrement en intensité avant de briller à nouveau puis de se mettre à clignoter rapidement.... Jour-nuit-jour-nuit-jour-nuit pour ne plus s'arrêter. Une idée me traverse l'esprit : court-circuit !

ALERTE !!!!!! Je saute sur l'armoire et abaisse les interdifférentiels, persuadée qu'un court-circuit vient de se produire mais j'ai beau renifler, je ne sens rien. J'essaye de remettre le courant, rien... Plus rien.... Et je n'arriverai plus à récupérer de courant. Pourtant, les voisins ont de l'éclairage chez eux ? Il y a de la lumière aux lampes de la rue ? Alors quoi, alors qu'est-ce ?

DSC00558 (Copier)

DSC00559 (Copier)

J'appelle EDF. A mon récit, ils déclenchent la procédure de dépannage et moins d'une demi-heure après, une camionnette arrive. Lampe frontale vissée sur le casque, l'agent constate que le problème ne vient pas de nous (OUF !!!). En testant notre compteur, il constate que seulement 9 volts arrivent en force électrique.... Oups.... Un autre camion, de passage semble-t-il, s'arrête pour prêter main forte et son gyrophare attire une puis deux puis quatre personnes habitant dans les rues avoisinantes. Manifestement, nous ne sommes pas seuls dans notre situation.... Quelqu'un a vu des flammes courir sur un des fils... La pluie semble avoir favorisé un court-circuit sur l'installation.

A peine plus de deux heures après le début de la panne, nous récupérons l'électricité. Les bougies c'est sympa mais encore faut-il avoir choisi de ne s'éclairer qu'ainsi. Par obligation, c'est un peu inquiétant tout de même....

Posté par mimiweb à 08:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,


mercredi 5 décembre 2012

Une couronne pour Noël

Parce qu'elle a aimé ma couronne d'halloween avec petits potirons, ma belle-soeur m'a demandé de lui en faire une. Toutefois, offrir une couronne d'Halloween a Noël ne me parait pas convenir et puis, de toute manière, je n'aime pas faire deux fois la même chose. J'ai donc eu l'idée de transposer. Ils ont un jardin potager et une serre, je ferai des tomates ! Le rouge et le vert iront mieux avec le thème de Noël, non ?

D'abord tailler des cercles de tissu et en froncer le bord pour créer des boules que l'on remplit de bourre synthétique,

DSC00418 (Copier)

Puis, dans un rectangle de feutrine que l'on roule sur lui-même, fabriquer des queues que l'on insère dans la tomate et que l'on fixe de quelques points.

DSC00423 (Copier)

DSC00424 (Copier)

Ensuite, dans la feutrine, couper quelques "étoiles". Au milieu créer une fente afin d'enfiler la collerette sur la queue ; elle cachera les fronces et les points qui tiennent la queue. Un point de colle à tissu finira de maintenir chaque collerette à sa place.

DSC00427 (Copier)

DSC00428 (Copier)

DSC00429 (Copier)

Passer alors aux feuilles. Elles pourront être de deux tailles, reportées sur la feutrine au stylo bille. Les nervures seront piquées librement à la machine et on jouera avec plusieurs couleurs de feutrines et plusieurs couleurs de fils pour varier les résultats.

DSC00430 (Copier)

DSC00447 (Copier)

Et découper chaque feuille au plus près du fils de broderie sans le couper.

DSC00448 (Copier)

Prévoir finalement les fleurs et leur corolle, souvent repliée vers l'arrière au moment où la fleur s'épanouit, pétales en avant... La fleur compte généralement cinq pétales, parfois quatre !

DSC00452 (Copier)

Il ne reste plus qu'à positionner les éléments sur la couronne de façon esthétique et équilibrée et à les fixer un à un à l'aide d'une aiguille et d'un fil de couleur. Evidemment, une couronne de paille se coud assez aisément avec une aiguille ordinaire mais la couronne que j'ai prise ne se prête pas bien à l'exercice. J'ai tenté l'aiguille circulaire mais elle était si grosse que j'ai craint d'abîmer mes feuilles. Et voici donc l'objet fini prêt à être accroché à quelque poignée de fenêtre ou sur une porte.

DSC00455 (Copier)

Posté par mimiweb à 00:03 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 27 novembre 2012

C'est à Paris que ça se passe....

 

L'association Feutre Art Tetile présentera les oeuvres feutrées de Odile Bailloeul, Nathalie Banos, Evelyne Alice Bridier, Camille Dupuis, Maria Friese, Ariane Mariane....

 

Programme :

 

Un évènement textile, esthétique, artistique à ne pas manquer si vous pouvez vous rendre aux Carrousel des Métiers d'Art du Louvre.

vendredi 26 octobre 2012

Chronique d'un plantage annoncé

Comment ? Encore du jardinage ? Mais non, pas du tout.... Certes il aurait pu s'agir de jardinage après l'abattage du troène et de deux autres arbustes qui lui tenaient compagnie. Dans ce cas, j'aurais commencé mon article par une photo du genre suivant :

DSC00112 (Copier)

Mmm.... En regardant cette photo, je vois comme les palissades sont en fin de vie ! Pourvu qu'elles tiennent quelques temps encore, elles ne sont pas à l'ordre du jour. Ni à l'ordre de demain, d'ailleurs ! Enfin, ceci n'est pas mon propos. Donc, non, il ne s'agit pas de jardinage. D'ailleurs, je n'aurais pas parlé de plantage mais plutôt de plantation.... hé, hé... !!!!

Quand je parle de plantage, je parle de ratage.... un peu comme ma pâtisserie quand j'aborde la seconde réalisation d'une recette, en quelque sorte. Voici donc la belle histoire que je voulais vous raconter : il était une fois une technique d'impressions. Une technique d'impressions sur gélatine. Voici comment débute cette belle histoire .....

D'abord trouver la gélatine ou, plutôt, la gelée.... J'ai cherché pendant longtemps de la gélatine en poudre qui ne soit pas proposée en feuillets et j'ai eu beau chercher partout, je ne trouvais pas. Forcément, c'est de gelée qu'il s'agit et donc, ce n'est pas au rayon "aide à la pâtisserie" que vous trouverez la chose mais plutôt au "rayon sauces lyophilisées"....

Ensuite, pour préparer le pavé de gelée, il faut doubler tripler la dose de poudre préconisée : ici je devais mélanger un sachet à 1/2 litre d'eau, j'ai employé 2 sachets et j'ai ajouté 1/4 de litre d'eau pour mettre le troisième sachet à ma disposition. Je m'étais limitée dans mon achat car je n'étais pas certaine d'avoir le bon produit et c'est une première expérience d'impression. A propos d'expérience, je sais à présent qu'il me faudrait plutôt songer à mettre 4 sachets dans la même quantité d'eau !!!!!!

DSC00034

Dans la poudre que j'ai achetée, j'ai été impressionnée (déjà ?) par l'odeur s'échappant du sachet. Je croyais être chez mon dentiste !!! La présence de clou de girofle dans la préparation, sans doute....

Donc on mélange la poudre à la quantité prévue d'eau froide, on chauffe doucement jusqu'aux premiers bouillonnements, on coupe la flamme et on verse dans le contenant. J'avais prévu un grand plateau métallique qui aurait fait une jolie plaque mais craignant de n'avoir pas suffisamment de gelée au final, je me suis dis qu'il fallait limiter le contenant.

DSC00035

Un plateau récupéré d'une cantine scolaire fait parfaitement l'affaire. Enfin, j'espère !!!! En tout cas, il me semble que ma plaque de gelée fait la bonne épaisseur, non ?

DSC00037

Quelques minutes de refroidissement seulement et zou... au réfrigérateur ! En tout cas, il faut savoir que c'est très liquide. Sur mon plateau, j'aurais sans doute eu des soucis de transport même si le format rentrait tout de même dans le frigo.

images Là, je vous fais marquer un STOP !!!! La mise au réfrigérateur nécessite une vérification : que l'étagère soit parfaitement plane.... Vous comprendrez pourquoi un peu plus bas.

Alors l'histoire se poursuit quelques jours plus tard, après que la gelée a bien profité du froid du réfrigérateur. Là, il s'agit de démouler tout doucement, en glissant une main dessous,  et.... et.... et....

tout se casse et se déchire !!!!

La gélatine est fragile. Déjà, je m'étais aperçue qu'elle avait pris une forme "en sifflet".... A bien y regarder, je constate qu'il existe une légère différence de niveau entre le bord avant et le fond de l'étagère. Mon plateau s'est touvé en légère pente, la gelée a pris de manière nettement plus épaisse en front de plateau qu'en arrière.... La preuve, sa transparence qui laisse apercevoir la toile cirée protégeant la table au-dessous du papier cuisson. Et voilà ce que j'obtiens en démoulant, avec précautions, ma "gelli plate".... Enfin, plutôt ma "gelli traviole" :

DSC00105 (Copier)

Pourtant mon contenant était en plastique lisse. Rien n'y attache, tout se démoule aisément. J'ai pris soin de glisser mes mains sous la gelée mais......  Avec une plaque nette, d'aplomb et intacte, voilà en quoi consiste le principe de ces impressions :

- on étale d'abord une couche fine de peinture à l'eau ou d'encre,

- on pose des éléments (silhouettes, découpages, brindilles....)

- on maroufle une feuille de papier ou un tissu pour une première empreinte.

- On ôte les éléments semés à la surface et on replace une autre feuille pour une seconde impression sous le marouflage. Ensuite on vaporise la plaque d'eau pour la nettoyer au papier absorbant ou avec un chiffon.

- Cette opération peut se répéter à plusieurs reprises en étalant des peintures de couleurs différentes, en semant des objets différents....

Malgré le scénario catastrophe qui se profile avec ma plaque de gelée, j'insiste....

DSC00106 (Copier)

DSC00107 (Copier)

DSC00108 (Copier)

Et, parce que la plaque de gelée est cassée en mosaïque, impossible de maroufler le tissu comme il convient. Forcément !!

DSC00109 (Copier)

Une fois l'impression absorbée par le tissu, on enlève les éléments déposés sur la gelée et on utilise un autre morceau de tissu pour "prendre" le reste de couleur et de motifs "blancs". Ce morceau qui arrive en deuxième geste s'appelle le fantôme.... Il est d'autant plus fantômatique qu'il n'y a plus grand chose à absorber. S'il s'agissait d'impressions sur papier, sans doute le fantôme obtiendrait-il plus de résultat.

DSC00110 (Copier)

Même pas peur !!!!! J'y vais pour un passage supplémentaire. Après le jaune, après le rouge et après le vert, un dernier tour en couleur "chair" : un rose orangé un peu beige. Comme cela, juste pour voir...  et voici ce que cela donne, au final :

DSC00111 (Copier)

Bof ! Il n'y a pas grand chose à voir. La récompense est nulle par rapport à la dose de stress que cela m'a fait monter en flêche... C'est que je me stresse pour un rien, moi... Pas la peur de rater, pas d'enjeu et pourtant la trouille. La peur au ventre. Le trac !

Il n'est sans doute pas très utile que je dise qu'ensuite j'ai gentiment roulé le papier cuisson en y enfermant les fragments de gelée et que j'ai tout simplement jeté le tout à la poubelle.

Quelque chose n'a pas fonctionné. Il faudra que je recommence mais la gelée sera bien plus consistante. Je mettrai bien plus de poudre pour la même quantité d'eau et je veillerai à ce que le contenant refroidisse bien à plat afin d'avoir une plaque généreuse, épaisse et régulière... Appuyer dessus avec le rouleau n'en sera que plus aisé.

En attendant, je vous engage à aller voir la démo que propose une spécialiste. Vous cliquerez sur la proposition de Vidéo dans un premier temps puis, après avoir visionné la fabrication de la gelée, vous reviendrez sur le site pour cliquer sur la seconde proposition de Quick Vidéo.... Vous ne pourrez vous en sortir que mieux que moi. Je veux bien vos témoignages en commentaires à cet article, même dans plusieurs semaines !!!!

Posté par mimiweb à 23:45 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 21 septembre 2012

L'un sera pendu, l'autre enterré vif !!!!

Le titre de mon article peut faire peur mais..... c'est bien le but visé....!!! Parce que ma réaction était un peu molle au déballage de mon ballot enterré, une de mes amies artiste-bidouilleuse textile est venue me bousculer un peu :

  "Tu ne vas pas rester sur un échec ? Il faut recommencer.... On le fait ensemble si tu veux et on double nos chances. D'accord ?" :

Et comment que j'ai été d'accord !

A l'instant où je rédige ce post, j'ignore encore ce que Momobert aura dit sur le sien de nos expérience commune. Nos articles vont être sensiblement publiés en même temps. Alors, quelles étaient les contraintes  :

- Utiliser un coton un peu épais,

- y loger d'autres tissus, dentelles, papiers, vieux clous rouillés, bois, feuilles et fleurs,....

- saucissonner le tout et ficeler.

- Pendre l'un à une branche d'arbre et enterrer l'autre pour une durée de trois mois !!!!

Donc, vous aussi, chers lecteurs, il va vous falloir patienter. Disons, jusqu'à NOEL !!!

Alors voyons un peu ce que j'ai mijoté dans mes rôtis textiles ....

DSC09429 (Copier)

Bien sûr, je prépare sur ma table, deux amoncellements de tissus et autres ingrédients. Ils seront sensiblement identiques si je veux pourvoir faire une comparaison entre mes deux méthodes d'usure.

Sur mon morceau de coton, j'ai disposé un morceau de voile de rideau bordé d'une dentelle de coton ainsi qu'une chute de coton gris pâle. Mais la superposition des tissus n'est pas la solution. Il faut d'autres éléments...

DSC09430 (Copier)

Du marc de café et la moitié du filtre qui le contenait,

DSC09431 (Copier)

Des pétales de roses, des feuilles (dévorées sur leur bord) de lilas, des tigettes de mélisse (en plus cela présente l'avantage de sentir extrêmement bon !), un morceau de bourrette de soie beige, une longueur de ruban de coton tissé façon gaze,

DSC09432 (Copier)Quelques feuilles de laurier-sauce, des dentelles de coton, des clous rouillés, des clés qui le sont aussi pour avoir déjà été au milieu d'une expérimentation de taches de rouille sur tissu, quelques tigettes boiseuses de lilas et quelques têtes d'ombellifères en fin de floraison (on se rappelle que ces ombellifères, sans doute une forme de carotte sauvage, m'avait donné un joli jaune d'or en teinture). J'ai ajouté des morceaux de dentelles de coton en superposition et, alors qu'on ne les voit plus du tout, sachez que j'ai aussi mis des sachets de thé vert, papiers et infusettes.

DSC09433 (Copier)

Parmi mes morceaux de métal, j'ai retrouvé quelques bouts de tube de cuivre que le plombier m'a laissés après les travaux. J'ai aussi vidé mon petit panier contenant mes oignons, l'ail et les échalottes.... Il y a toujours de pelures pour s'en détacher !

DSC09434 (Copier)

Ici, bien sûr, outre les dentelles fines, vous reconnaissez quelques fleurs crochetées dans des couleurs vives ou dans du gris ainsi qu'un morceau de lin qui laisse deviner la couture médiane qui reliait les deux lés.

DSC09435 (Copier)

Ne sachant pas comment il vieillirait, j'ai découpé des moreaux de feutrine verte et marron. Peut-être ajouteront-ils quelques traces ? Allez savoir...

DSC09436 (Copier)

DSC09437 (Copier)

DSC09438 (Copier)

C'est assez amusant de collecter les choses que l'on veut mettre dans les baluchons. Au début, on se dit qu'on n'aura pas grand chose d'intéressant et puis, finalement, en parcourant le jardin ou en fouillant les tiroirs, on découvre une foule de trésors bien cachés.

DSC09439 (Copier)

Pour un peu, le chat y passerait aussi. Hop, hop, hop.... on place, on jette, on sème, on saupoudre et le chat saute de la table juste à temps !

DSC09440 (Copier)

Petit avantage côté Mimiblue : ces grappes florales de gaude dont on sait quel beau jaune vif elles peuvent donner. Mais, dans le cas de la teinture, il faut des grappes florales, des graines, des tiges, des feuilles ; tout fait ventre ! Et puis, au Diable l'avarice, j'ai terminé avec un bouquet de Crocosmia. Ils ont été déterrés pour dégager un peu le jardin, j'ai récupéré quelques tiges feuillues nanties de leur oignon à la base. Quelques-unes ont même encore leurs fleurs orange.

DSC09441 (Copier)

Comme j'ai dû être boucher dans une vie antérieure, le ligotage du rôti ne me pose pas de problème. Ayant sorti une ficelle de coton verte achetée pour l'art floral, j'ai eu la désagréable surprise de la voir casser en plein travail. Ce colis sera donc enterré....

DSC09442 (Copier)

Le second fagot sera ligoté de ficelle de lin, plus solide, et sera pendu...

DSC09443 (Copier)

Voici donc mon ballotin suspendu dans son arbre (un seringat, excusez du peu) auprès d'une tranche de bois que j'avais trouvé jolie et que j'avais suspendue voilà longtemps. Aucun feuillage ne protègera le paquet d'ici peu et, visible, il ne devrait pas être oublié.

DSC09444 (Copier)

Pour le second paquet, j'ai bavé des ronds de chapeau comme l'on dit vulgairement. Il n'a pas plu depuis longtemps, les dents de la fourche ne rentraient pas d'un millimètre dans la terre très dure. La binette ne faisant pas mieux, c'est à la pioche que j'ai creusé le nid de mon colis....

DSC09445 (Copier)

Voilà bien une journée à marquer d'une croix sur mon calendrier !!! Veille d'automne 2012, que donneront ces baluchons ficelés ? Suite au prochain numéro vers Noël....

Toutes les personnes, tentées par une expérience comparable, seront les bienvenues pour échanger leurs avis, leurs sentiments, leurs réactions et les photos des oeuvres qui s'en suivront !!!!

Qui nous aime, nous suive !

 

Posté par mimiweb à 17:31 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags :


samedi 15 septembre 2012

Vous en prendrez bien une petite louche encore ?

Allez, laissez-vous faire .... Vous allez bien en reprendre une petite louche ? De quoi ? Mais de ma soupe ! Soupe de sorcière, bien sûr !!!

Songez donc : une petite plante, toute simple, élégante mais en défloraison, que la fin de saison va faire sécher sur pied. Une plante qui n'adore rien de plus que cette terre de remblais, celle que l'on a retirée pour construire une bretelle de voie express. Une plante méconnue de tous et qui, pourtant, vous réserve la plus lumineuse des soupes de sorcière, le bouillon le plus ensoleillé....

P1100309 (Copier)

La feuille est assez longue, fine et pointue. Je l'ai photographiée ici avec mon pouce pour que vous en preniez bien l'échelle réelle. La tige est fibreuse. Peut-être pourrait-on en retirer les fibres après rouissage ? Un peu comme on le fait avec les tiges de lin ? Allez savoir....

P1100310 (Copier)

Typique, l'implantation en triangle des bourses de graines.

P1100311 (Copier)

P1100312 (Copier)

Une très jolie tige florale, un épi tout en longueur qui, vu de loin, évoque immanquablement l'oseille sauvage. Mais celle-ci ne rouille pas, ne devient pas marron. Les feuilles sèchent en fin de floraison et c'est le moment idéal pour sa cueillette.

P1100313 (Copier)

Je fais un essai de séchage dans l'ambiance chaude et protégée de la chambre affectée au rôle de grenier. Elle est située à l'étage avec un Velux pour fenêtre de sorte que dès que le soleil apparait, la température y monte assez haut. Il y fait donc chaud et sec. Les plantes, enroulées dans du papier journal puis dans une petite couverture, devraient sécher en douceur sans moisir. Essai !!!!

P1100312 (Copier)

P1100313 (Copier)

Comme je suis une sorcière indépendante (autonomiste ?)  comme tout le monde l'a compris, je ne procède pas selon la recette normale, à savoir : faire bouillir les plantes pendant plus d'une heure puis laisser poser une nuit puis filtrer et, enfin, refaire chauffer avec le tissu qu'on laissera ou pas poser dans le bouillon avant de le rincer à l'eau claire.

J'ai pris l'habitude, par expérience, de faire chauffer mon tissu directement dans le premier bain. Je mélange donc l'intégralité des plantes coupées en morceaux (tiges, feuilles, grappes florales) à une bonne quantité d'eau (et là je reconnais que je manque de faitout convenable) et j'y plonge mon tissu mordancé. Je fais bouillir et je coupe la flamme pour laisser poser toute la nuit.

Le lendemain je ne cache pas que le rinçage est pénible. Je "passe" le tout pour récupérer le jus sans la végétation puis je déploie les linges complètement envahis de morceaux de feuilles et de tiges. Je rince au jet pour que la pression évacue les petits morceaux résiduels dans leur majorité puis je remplis un seau avec de l'eau de pluie où je plonge le tissu. Plus le récipient est large, plus le tissu est facile à débarrasser de ses petits morceaux de végétation. Je n'essore pas, je fixe directement sur le fil à linge. Par le poids de l'eau, le tissu est défrippé, il ne sera pas "cassé" par la torsion de l'essorage à la main. A moins qu'il s'agisse d'un effet volontaire car les crêtes de ces brisures vont blanchir plus volontiers que les parties profondes. Cela peut être intéressant.

P1100314 (Copier)

Pour autant, vous remarquerez que le tissu porte tout de même des traces de pliures. Il s'agit en fait des marques du roulage en boule. Je n'ai pas de faitout suffisamment grand pour opérer. J'espère que dans un prochain vide-grenier, je trouverai un de ces faitouts tout en hauteur qu'on employait pour le pot-au-feu ou le couscous. Pour le moment j'utilise un petit faitout bas et, bien entendu, le tissu s'y trouve un peu tassé en boule. Forcément....

P1100315 (Copier)

Alors, ce jaune vif ? Vous le reconnaissez ? Eh oui, il s'agissait bien de la GAUDE !

La gaude, ou réséda des teinturiers, est une plante herbacée bisannuelle de la famille des Résédacées, assez commune en Europe occidentale et méridionale, qui fut cultivée autrefois comme plante tinctoriale. Toute la plante contient des matières colorantes de la famille des flavonoïdes (couleur jaune). Nom scientifique : Reseda luteola L.Noms vernaculaires : gaude, réséda des teinturiers, réséda jaunâtre, grand réséda, herbe à jaunir, herbe jaune, mignonette jaunâtre, herbe des juifs...

Alors si vous habitez les Côtes d'Armor, si vous êtes dans les environs proches de Saint-Brieuc, si vous pratiquez l'art textile, si vous aimeriez rejoindre deux sorcières prêtes à toutes les expérimentations, si vous avez envie de jouer : faites-le moi savoir. Nous pourrions envisager un petit rassemblement tantôt chez l'une, tantôt chez l'autre histoire de tester les monoprints, les empreintes sur tissu, le piqué libre machine et autres jeux textiles. Il ne s'agit pas de créer un club ou une association mais de constituer un petit groupe de trois, quatre ou cinq personnes seulement, histoire de multiplier les envies et les idées.

La Rose et le Réséda

Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Tous deux adoraient la belle
Prisonnière des soldats
Lequel montait à l'échelle
Et lequel guettait en bas
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Qu'importe comment s'appelle
Cette clarté sur leur pas
Que l'un fût de la chapelle
Et l'autre s'y dérobât
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Tous les deux étaient fidèles
Des lèvres du coeur des bras
Et tous les deux disaient qu'elle
Vive et qui vivra verra
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Quand les blés sont sous la grêle
Fou qui fait le délicat
Fou qui songe à ses querelles
Au coeur du commun combat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Du haut de la citadelle
La sentinelle tira
Par deux fois et l'un chancelle
L'autre tombe qui mourra
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Ils sont en prison Lequel
A le plus triste grabat
Lequel plus que l'autre gèle
Lequel préfèrent les rats
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Un rebelle est un rebelle
Nos sanglots font un seul glas
Et quand vient l'aube cruelle
Passent de vie à trépas
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Répétant le nom de celle
Qu'aucun des deux ne trompa
Et leur sang rouge ruisselle
Même couleur même éclat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Il coule il coule il se mêle
A la terre qu'il aima
Pour qu'à la saison nouvelle
Mûrisse un raisin muscat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
L'un court et l'autre a des ailes
De Bretagne ou du Jura
Et framboise ou mirabelle
Le grillon rechantera
Dites flûte ou violoncelle
Le double amour qui brûla
L'alouette et l'hirondelle
La rose et le réséda

Louis Aragon - 1943

Posté par mimiweb à 10:20 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 12 septembre 2012

Saga teinturière, volet 3

Avec une peau de ce joli jaune lumineux, il doit y avoir des résultats intéressants en principe de teinture ?

C'est ce que je me suis dit en pelant ma courgette. Entre parenthèses, cette courgette est une merveille : juteuse, ferme, qui se tient et avec un petit goût particulier... Tout pour me plaire. D'ailleurs je me posais la question : s'agit-il bel et bien d'une courgette ?

P1100277 (Copier)

Alors j'ai ressorti mon faitout, j'ai mis les peaux de courgettes dedans et j'ai démarré ma "cuisson" avec un tissu préparé. Il me semblait apercevoir une teinte jaune .... Un peu de Sulfate de Cuivre et il m'a semblé obtenir un vert. Mais un vert d'eau, un vert aquatique du genre des mers du Nord. Du genre de la transparence des icebergs.... Bref, une couleur si pâle, si pâle....

P1100282 (Copier)

Oui, j'ai ajouté les pelures de courgette verte. On ne sait jamais.... Les expériences, c'est comme cela : on fait des essais, des tentatives, des recherches.... D'ailleurs, à propos de recherches, pour celles qui sont toujours en quête d'un graphisme intéressant, voici la séquence "inspiration" (pendant que ça continue de bouillir !) :

P1100278 (Copier)

P1100279 (Copier)

Bon ..... Côté faitout : rien.... Non, rien de rien.... Donc je pousse mes recherches un peu plus loin et j'ajoute à ma soupe quelques écorces d'eucalyptus. Peut-être vais-je obtenir un bleu ou un violet, allez savoir....

P1100283 (Copier)

Alors, qu'est-ce que ça donne ? Le bouillon semble marronné. Pourvu qu'il y ait des taches....

P1100307 (Copier)

Eh non... Rien de rien ou presque !!! Zut de crotte de zut.... Ca ne me fait pas un fond intéressant ça... Alors, dans ce cas, ne pas relâcher l'effort : je ressors le petit sac plastique qui va bien. Au fond, je retrouve mes pelures d'oignons qui n'attendaient qu'une mission et......

P1100308 (Copier)

tadammmmmm !!!!! Yesssssss !

 

Posté par mimiweb à 00:58 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 9 septembre 2012

Jeux de couleurs textiles

Le soleil étant là depuis quelques jours, j'avais vraiment envie de reprendre mes essais de teinture. Hier j'ai fait quelques tentatives : bien décevantes. Donc, aujourd'hui, j'ai ressorti le rouleau, le pinceau, le vapo.....

P1100259 (Copier)

Sur cette bande de coton blanc ci-dessus, j'ai posé quelques morceaux de grillage adhésif et j'ai utilisé des couleurs pour soie. Un mélange de rouge. J'ai ensuite disposé les feuilles de lierre pour tenter une nouvelle teinture au soleil. Afin que les feuilles ne s'envolent pas, j'ai posé sur chacune un petit caillou. C'est une erreur !!! Il faut laisser la feuille tel quel, son ombre ne sera que plus distincte si elle est légèrement soulevée. Il semble que trop plaquée, elle ne joue pas bien son rôle de masque.

P1100260 (Copier)

Ce morceau vert bleuté a été fait hier. Mais il n'a pas vraiment bien fonctionné. J'avais utilisé de la couleur pour soie et posé des feuilles de lierre que j'avais épinglées (voir ma réflexion ci-dessus). J'avais aussi semé des grains de gros sel pour obtenir cet effet marbré.

P1100261 (Copier)

En revanche, parce que les couleurs n'étaient sans doute pas suffisamment diluées, le tissu a pris partout et les feuilles n'ont pas fait masque au soleil. On distingue à peine leur emplacement.

P1100262 (Copier)

J'ai repositionné des feuilles fraîches sur les traces. Cela dans le seul but de prendre des feuilles de la bonne taille et de la bonne forme. Le but du jeu est de les enduire de peinture acrylique et de les appliquer sur le tissu, à l'emplacement prévu.

P1100265 (Copier)

Mais, là encore, j'ai fait une erreur : j'ai laissé les feuilles engluées de peinture en place. Il aurait fallu que je les retire sitôt appliquées. La peinture a séché sous la feuille en créant une espèce de pelure. J'ai ôté les pelures les plus grosses et qui n'adhéraient pas bien au tissu.

Ah oui, j'oubliais : dans ce cas, je n'avais pas pris du coton mais du lin. Il est possible que l'épaisseur du textile ait aussi contribué à ne pas retenir très bien l'emplacement masqué de la feuille..... (?)

Pour corriger mon erreur et les traces "plastifiées" de la peinture, j'ai repris des feuilles de lierre et j'ai recommencé l'exercice. J'ai étalé de la peinture au pinceau sur le recto ou sur le verso de la feuille et l'ai appliquée aussitôt sur le tissu sans l'y laisser cette fois. Juste une application !

P1100266 (Copier)

P1100267 (Copier)

Le soleil dardait vraiment et la peinture séchait un peu trop vite, probablement.

P1100269 (Copier)

Ce morceau de lin, lui, avait été peint à la gouache diluée avant que je place les feuilles pour un séchage au soleil. Donc du lin, de la peinture et des épingles pour fixer les feuilles en place. Comme on le voit, l'expérience a tourné court. On devine à peine les emplacements des feuilles. Mon idée est de convertir ce lin peint en monotype....

P1100270 (Copier)

Voici donc le résultat de mon travail du jour : le tissu rouge (couleurs pour soie) attend d'être bien sec avec ses feuilles appuyées à l'aide d'un caillou. L'autre tissu coloré de la même manière puis "salé" a été imprimé à l'aide de feuilles enduites de peinture acrylique et, enfin, le dernier tissu qui avait été peint à la gouache a fait l'objet d'un essai de monotype que j'ai totalement raté. En revanche les couleurs me plaisent... On verra ce qu'il adviendra de cet échantillon.

P1100272 (Copier)

Voici donc le résultat d'hier et d'aujourd'hui : un coton rougi avec les couleurs Dupont pour soie où l'on aperçoit la trace des feuilles et un autre morceau de coton qui, lui, avait été teinté à l'aide de cartouches d'encre pour stylo. La trace des feuilles est plus visible, je trouve. Pourtant, elles avaient été fixées à l'aide d'épingles. Je crois que je vais essayer encore le principe de l'encre de cartouche mais en me contentant de poser les feuilles, tout simplement. L'idéal serait de pouvoir travailler à l'ombre et de bouger le tissu vers le soleil pour le séchage mais pas facile de bouger la pièce sans déplacer les feuilles. Or, sous le soleil fort, il y a toutefois l'inconvénient d'un séchange peut-être un peu trop rapide.

Tout est bien qui finit bien quand même.... J'ai quelques fonds à travailler dans le futur. Et puis n'oublions pas que j'ai encore un petit paquet enterré qui attend qu'on le sorte ! J'ai un peu laissé passer le temps, je vais m'occuper de cela sous peu.

Posté par mimiweb à 00:48 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 31 août 2012

Saga teinturière, suite.

Il se trouve qu'un centre de table n'était plus très blanc. Il y avait une nuance jaune au milieu et l'empreinte blanche de deux pots qui avaient dû y être posés. Alors j'ai préparé une bassine de "Blanco" pour lui redonner la "blancheur du début" comme dirait le poète Souchon que j'aime tant. Et puis, quand j'ai vu cette bassine et quand j'ai lu qu'il ne fallait pas y mettre de tissu de couleur, je me suis dit que "justement, j'y mettrais bien de la couleur pour voir si ça blanchit en tachant".... Expérience encore !!! Mais, cette fois, il fallait jouer sur plusieurs tableaux ; c'est bien plus drôle.... Voici donc mon choix :

P1100108 (Copier)

Sur le tissu que j'avais teint voici quelques temps, j'ai posé des pétales de rose. Puis j'ai roulé le tissu en saucisson en emprisonnant les pétales, j'ai plié mon saucisson et je l'ai ligaturé.

P1100109 (Copier)

Le morceau de tissu naturel a été ligaturé d'abord par endroits, avec des élastiques. J'ai fabriqué une sorte de cloque que j'ai laissée libre, j'ai posé mon élastique dessous. Sur une autre partie du tissu, j'ai posé des morceaux de branches de lilas avec leur écorce et sur une troisième partie, ce sont les feuilles du lilas que j'ai mises.

P1100110 (Copier)

Quand à la serviette de table verte, j'ai positionné trois morceaux de fer rouillé : un fer à béton sur un bord, deux câbles métalliques torsadés au milieu et deux anneaux de chaine sur l'autre bord ainsi que des fleurs jaunes cueillies dans le jardin. Il se trouve que, voici deux jours, j'avais fait cette cueillette et mis les fleurs dans de l'eau mais j'ai laissé poser sans y toucher. 

J'ai, cette fois encore, roulé le tissu en emprisonnant mes pièces au passage et j'ai ligaturé mon saucisson avec une ficelle de cuisine. Les trois paquets ont été mis dans la casserole.

P1100111 (Copier)

P1100112 (Copier)

Les trois tissus avaient été placés dans le "Blanco" additionné de lessive liquide puis rincés. Seul le tissu teint quelques jours avant avait bougé, reprenant une teinte claire mais ni le tissu natuel ni le tissu vert ne paraissaient avoir subi quelque changement que ce soit.

P1100113 (Copier)

Dans le bain de Blanco, les tissus ont été immergés pendant deux jours et conservés à l'ombre et au frais. Pendant ce temps, j'ai fait chauffer ma "décoction" de fleurs qui attendait dans sa casserole :

P1100114 (Copier)

Le bouillon restant fort clair, j'ai prolongé la "cuisson" à feu réduit et, peu à peu, le jus a pris une petite coloration.

P1100115 (Copier)

Quand la coloration a été bien affirmée, j'ai plongé mes ballots et continué quelque peu l'ébullition puis j'ai coupé la flamme et j'ai laissé refroidir tranquillement.

P1100116 (Copier)

L'infusion a petit à petit mené le jus à prendre une vraie couleur brune. Je l'ai même trouvé vaguement épaissi mais ce sont les étamines des fleurs qui se sont détachées.

P1100117 (Copier)

Avant même la fin de l'ébullition, j'avais placé mes paquets de tissu dans le bouillon. Ils ont donc vécu l'ébullition, le refroidissement et, après 36 heures à l'ombre, j'ai mis ma casserole dehors en plein soleil  (si, si ... on en a. Oui, il pleut mais des petites averses nourries et, entre deux, il fait grand beau. C'est encore l'été tout de même !). J'avoue que j'espérais une réaction chimique. Je ne sais pas si le soleil aura contribué à quelque chose, on verra bien.

De mes trois paquets, deux seulement sont restés dans le jus. Cela a été plu fort que moi. J'avais tellement envie de mener plusieurs expériences de front que j'ai glissé deux ou trois objets métalliques (vis, ressort de pince à linge, pince à dessin...) sous la ficelle de cuisine qui embobine le paquet et je l'ai laissé dehors, sur une pierre de mur. Mais, là encore, je me suis dit que le traitement était un peu trop soft. Et...... et.....

P1100118 (Copier)

......Et j'ai enterré la serviette de table ainsi accessoirisée. J'ai placé sur l'endroit quelques morceaux de bois histoire de ne pas oublier où j'ai enterré le paquet... C'est que ma mémoire d'écureuil me joue tellement de tours que je serais parfaitement capable de perdre mon expérience quelque part dans le jardin sans me rappeler où je l'ai mise. Je me rappelle un père disant à ses fils "creusez, travaillez cette terre etc.. etc.." c'est sûr, la fable m'aurait obligée à travailler le terrain mais comme je ne peux pas physiquement le faire, il faudra que j'embauche du monde... Alors si un stage "en résidence" vous tente, ça peut se réfléchir. J'échange un séjour contre un jardinage en profondeur...

P1100120 (Copier)

Et voilà ! Je n'ai plus qu'à laisser la terre et le temps faire leur oeuvre. Pourvu que j'aie suffisamment de patience !!!!

Au passage, je vous montre mon rosier Pierre de Ronsard qui s'est mis à pousser d'un coup. Il a bien grimpé dans sa structure support. Au pied, j'ai placé un Pentas qui m'a été offert au 15 août. Il s'agit d'une plante d'extérieur pouvant atteindre 80 cm à 1 m de hauteur. Elle deviendra un joli bosquet vaporeux que je remettrai dans un endroit plus approprié dès que le jardin sera repris en main. La plante aime le soleil.

P1100121 (Copier)

Et tout cela se fait toujours sous haute surveillance !

P1100122 (Copier)

C'est que Monsieur Gimmick pose un regard sans indulgence sur ce que je fais. Il observe, contrôle et apprécie...

P1100123 (Copier)

Posté par mimiweb à 01:15 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 26 août 2012

Tour de magie ?

J'avais déjà lu comment il fallait procéder sans tenter l'aventure. Sur le blog de MARY & Patch, le pas à pas est si facile à suivre que je me suis laissé faire...

Expérience :

Tout d'abord, il faut préparer la table de travail. Je me suis trouvé deux planches que j'ai habillées de plastique pour les protéger. Puis, avec un adhésif de masquage, j'ai fixé une bande de coton (il paraît que le coton est le textile le mieux adapté) que j'ai choisi blanc (il semble que le blanc ou une couleur très claire soient préconisés).

P1100082 (Copier)

P1100083 (Copier)

Ensuite, j'ai choisi mes végétaux et je les ai placés dans des chemises de papier afin de les aplatir au mieux. Plus l'objet que l'on posera sur la peinture est plat, plus le tour de magie fonctionnera. Donc, n'ayant pas de rouleau à pâtisserie (qu'est-ce que j'en ferais, moi qui ne pâtisse pas ?), j'ai utilisé un rouleau improvisé :

P1100084 (Copier)

Puis, à l'aide d'un vaporisateur, j'ai humidifié l'intégralité de mon tissu avant de le peindre, au rouleau ou à la mousse applicatrice, avec des couleurs pour soie... Il semble que les peintures textiles fonctionnent à coup sûr mais que le tour puisse aussi marcher avec de l'acrylique bien diluée. Je n'ai pas pris de risque et j'ai fait dans la valeur sûre (il y avait des témoignages pour dire que les peintures pour soie faisaient l'affaire).

Aussitôt les couleurs posées, il faut placer les objets ou les végétaux sur le tissu tant qu'il est humide. Il n'y a pas de temps à perdre si le soleil darde !!!

J'ai récupéré mes feuilles aplaties dans les chemises de papier mais j'ai aussi tenté l'expérience avec des lettres en mousse, un filet de nylon, un autre filet de polystyrène, deux papillons de carton découpé dont j'ai l'assurance qu'ils sont parfaitement plats.

P1100085 (Copier)

Et j'ai ajouté des cristaux de gros sel que j'ai semés un peu partout....

P1100086 (Copier)

Là, il s'agit de laisser poser, sous le soleil, pendant une à deux heures. Or, que va-t-il se passer si le soleil joue à cache-cache et disparait régulièrement derrière de gros nuages gris ?

Afin de ne pas me laisser tenter, j'ai laissé en place, dehors, et j'ai filé au port. .......  J'ai laissé quasiment trois heures ainsi en me disant que l'heure supplémentaire pallierait peut-être le manque de soleil franc.

A mon retour, j'ai soulevé les feuilles et les objets avant de balayer le sel. Et voici ce que j'ai obtenu ......

P1100102 (Copier)

P1100103 (Copier)

P1100104 (Copier)

Et voilà.... tadam.......... ça marche !!!!!!!!!! J'aimerais bien qu'on m'explique le phénomène car je ne comprends pas comment il se fait que, là où j'avais peint, la couleur ait disparu ? Je n'y comprends vraiment rien....

Par contre, les feuilles de capucine n'apporte vraiment rien. Il faut s'en tenir aux feuillages découpés, c'est bien plus intéressant !

P1100105 (Copier)

P1100106 (Copier)

 

Posté par mimiweb à 22:51 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,


">Patchacha
  • Patchalafolie - Catherine J.
  • Vero de Douai
  • Bijoux, parures
    Blogs à visiter, sites amis...
    Chat
    Couture, patch, art textile, bricolages...
    Décorations et ambiances
    Fournitures : tissus, fils...
    Maquettes et modèles réduits
    Photos
    Plutôt broderie
    Plutôt calligraphie et peinture
    Plutôt couture et confection
    Plutôt culturel
    Plutôt patch
    Plutôt scrap et carterie
    Plutôt touristique
    Derniers messages
    Archives
    Tags
    « décembre 2018 
    dimlunmarmerjeuvensam
          1
    23 4 5 6 7 8
    9 10 11 12 13 14 15
    16 17 18 19 20 21 22
    23 24 25 26 27 28 29
    30 31